Esteban

Enfin un fil se tire, celui qui me relie à ma mère et reste comme coincé, comme un nœud qui m’empêche de prendre tout à fait ma place, comme si j’étais encore en partie dans le ventre maternel justement pour éviter de déranger tout en étant actif et efficace dans le monde extérieur.

Il y a quelque chose à réunifier entre le monde extérieur et la matrice, comme mettre du sens sur le vécu du bébé encore dans le ventre afin de libérer l’enferment ressenti à l’extérieur.

J’explique, je suis comme entre deux espaces et ne sais pas tout à fait auquel j’appartiens, alors mon territoire est un entre deux, et dans cet entre deux je cherche des repères qui existent dans chaque espace qui existent en moi.

D’abord revisiter mon choix d’incarnation. Trouver ma place et déployer mes ailes dans toute leur amplitude est choix pour qui je suis. L’amplitude est vaste et la place est grande.

Mémoires anciennes rappellent que prendre toute sa place peut faire de l’ombre à des personnages influents et conséquences désastreuses mettent la vie en prison. ça ce sont des mémoires encore présentes en mon corps astral.

Choix d’incarnation est justement d’oser prendre ma place libre des peurs, qui génèrent une maladresse et un besoin d’être rassuré, comme si j’avais besoin que les personnes avec qui je suis en lien de paires, ceux qui exercent un métier d’accompagnement comme moi, comme si j’avais besoin qu’ils me confirment dans ma légitimité, alors la question qui ne peut être posée, reste en suspens et je suis maladroit car j’attend une réponse, une confirmation sans avoir exprimé ce qui motivait cette attente.

Juste utile de rester bien claire quant au contexte, car une demande de reconnaissance d’ordre affectif vient comme parasiter des relations professionnelles entre paire. Avec la société et la reconnaissance au niveau de mes compétences, je suis ok. Juste bien utiliser mon discernement afin que l’affectif cesse de polluer le professionnel.

C’est le tout petit bébé, encore dans le ventre qui a la clé, oui nous sommes arrivées à deux, comme un accompagnement, ma sœur fut de tous temps comme une alliée, un être avec qui je suis reliée par un grand amour. Dans cette vie, elle a accepté de m’accompagner jusque dans le ventre, tout en précisant bien que ce n’était qu’un accompagnement, son chemin est en vérité de m’accompagner à partir de l’espace unifié d’Amour et de Lumière. Elle m’accompagne elle/il est comme un guide, ange bienveillant, un ange, contrairement à la plupart des anges, qui a connu l’incarnation.

Tout petit bébé dans le ventre, j’ai oublié tout cela, j’ai juste ressenti un grand vide, une grande tristesse, et surtout, surtout cette terreur d’avoir provoqué son départ en prenant trop de place. Cela a réactivé cette problématique de la place que je suis venue résoudre.

Toujours trop ou trop peu, là est le dilemme. En vérité il était prévu que cette jumelle retourne dans l’unité parfaite, il était prévu qu’elle m’escorte, pour m’aider à faire ce chemin vers la matière et reparte, une fois mon être ancré dans la matrice maternelle.