manicheisme

Une religion fondée par le perse Mani au IIIe siècle, un syncrétisme du zoroastrisme, du bouddhisme et du christianisme - unissant pour la première fois Orient et Occident - fortement persécutée malgré son esprit humaniste et de tolérance et injustement cantonnée de nos jours à une expression caricaturale en utilisant généralement l'adjectif manichéen pour qualifier un jugement sans nuance.

Peintre visionnaire et philosophe, poète, musicien, médecin, Mani ou Manès vécut dans un contexte de tensions religieuses aux carrefours des empires chinois, perse et romain.

Selon le manichéisme, à l'origine existent deux mondes séparés : le monde de la lumière et le monde des ténèbres, qui aujourd'hui sont mélangés dans le monde et dans l'homme entre ombre et lumière, esprit et matière.

L'esprit de l'homme appartient au royaume de la lumière et son corps au royaume des ténèbres. 

Le dualisme était basé sur la croyance en un combat entre les forces du bien et du mal, la raison étant l’arme pour vaincre le mal. 

Comment extraire la lumière des ténèbres par un processus d'initiation et de libération ? On dit parfois "c'est un mal pour un bien". Les épreuves nous font grandir et prendre conscience...

Le manichéisme est une doctrine de non violence. suggérant la pratique de la compassion, une voie initiatique basée sur l'expérience illuminative individuelle jusqu'à l'atteinte d'un état de libération.

Les enseignements manichéens se propagèrent et influencèrent le taoïsme (le yin et le yang), le chiisme, les bogomiles, les cathares et les Templiers.

Comment résoudre la question du mal et de la souffrance à laquelle l'individu est confronté durant son existence ?

Le mal est un principe en soi indépendant, et non pas une illusion ou une dégradation du bien.

Bouddha apporta l'enseignement des 4 nobles vérités comme réponse au constat que tout est souffrance, douleur, insatisfaction, imperfection, conflit et impermanence.

En Chine, Mani était considéré comme un bouddha de lumière et sa religion comme étant celle de la lumière ("Ming-kiao"), lumière qui indique le chemin, la voie qui conduit à la sagesse.

Le Codex Mani de Cologne est un codex en papyrus, de la taille d'une boîte d'allumettes, qui contient un texte grec décrivant une partie de la vie et de l'enseignement.


Les jardins de Lumière d'Amin Maalouf, auteur des Croisades vues par les Arabes, de Léon l'Africain, et de Samarcande

C'est l'histoire de Mani, un personnage oublié, mais dont le nom est encore, paradoxalement, sur toutes les lèvres. Lorsqu'on parle de "manichéen", de "manichéisme", on songe rarement à cet homme de Mésopotamie, peintre, médecin et prophète, qui proposait, au IIIe siècle de notre ère, une nouvelle vision du monde, profondément humaniste, et si audacieuse qu'elle allait faire l'objet d'une persécution inlassable de la part de toutes les religions et de tous les empires. C'est à Mani que ce livre est dédié, c'est sa vie qu'il raconte. Sa vie, ou ce qu'on peut en deviner encore après tant de siècles de mensonge et d'oubli.